Les chemins picturaux qu'empruntent les processus de l'existence au travers des représentations que la conscience de l'art provoque.
"Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut." Table d'Émeraude.

dessins

Travaux réalisés de 2001 à 2022

Sujets : Folies, corps, pulsions, sexualités

Séries : Insexualités - Peuple Objet - Musée de l'Invisible

Les Mains Vertes.jpg

Des Tresses

Travaux réalisés entre 2005 et 2022

Sujets : Sexualités, animaux, végétaux, minéraux  liens, symbolismes

Séries : Pétrole Rouge - Silence Ailes crient

Aquarelles

Travaux réalisés de 2019 à 2022

Sujets : Symbolismes, alchimie, occultisme, animisme

Série : Pétrole Rouge 

Aurelie Dubois artiste de garde LAVIS_13 copie.jpg

LAvis

Travaux réalisés

de 2011 à 2014

Sujets : Folies, corps, pulsions, sexualités

Séries : insexualité - Peuple Objet

Aurélie Dubois participe à cette trahison où l'implosion de l'image et de ses traits semble ne jamais finir, peut-être pour n'avoir jamais commencée. Un peu comme si son chant bien plus qu'un dessin fait de calcul et de hasard nous guidait dans d'étranges et périphériques rencontres où la fausse note crée l'harmonie. Daniel Androvski, Psychanalyste & Ecrivain

La série « Céleste fond de Culotte ». Une série de dessins géants qui atteste de la puissance du rêve, du fantasme et de son passage dans le réel. Le format à échelle humaine déstabilise nos sens, notre perception du dessin et de son statut. Aurélie Dubois nous propose de découvrir un séisme dans le monde du dessin, un renouveau avec la grandeur des peintures classiques, la tapisserie symbolique et surtout un face à face avec nous même puisqu’elle donne cette indication avec la phrase de Daniel Androvski « Qui es tu pour ne pas te reconnaitre? »

Paul M-Sumner

"Les corps et les gestes d'Aurélie Dubois sont encombrés d'infirmités mais en même temps grièvement libres; Ils semblent jouir comme des locataires en instance d'expulsion, pris dans l'excessive idée d'être propriétaires, ne serait ce qu'un instant, d'un orgasme illusoire."

Daniel Androvski, Psychanalyste et Ecrivain, extrait du texte "Le trait, l'image et l’oeil"